Mel Lesbats est une artiste plasticienne spécialisée dans la réalisation de sculptures liquides colorées. Elle s’intéresse à la perception et a, pour cela, déconstruit le rôle du plasticien.
L’artiste produit des objets. Un objet a la propriété d’être touchable, généralement solide. Elle s’est donc demandée s’il était possible de produire un objet fluide, impossible à attraper, un objet qui s’écoule entre les mains. La matérialité du fluide est ainsi questionnée, sa sémantique artistique aussi.
Une sculpture n’est généralement pas liquide, mais elle tente de le sculpter. Les fluides sont comprimés, émulsionnés, décantés tels un bois à buriner. Leur viscosité et leur densité sont utilisées pour sculpter des effets colorés.
La couleur est directement liée à la peinture. La peinture est un fluide pétrifié, elle souffre d’un certain déclin depuis les avant-gardes. L’utilisation de liquides qui restent à l’état liquide et de techniques de conservation questionnent cette relation.
Les couleurs sont travaillées pour s’additionner, se séparer, fusionner, s’éliminer, se mélanger optiquement. La couleur rayonne, des points phosphorescents apparaissent sous le regard du spectateur.
La couleur est travaillée par transparence et texture. En passant à travers les fluides colorés, la lumière projette une lueur teintée sur le mur. Si cette oeuvre est une peinture, cette peinture apparait tel un arc en ciel en pleine nature, sous l’oeil (et la motricité) du spectateur. Cette peinture de lumière colorée est évanescente, instable, fuyante, précaire, immatérielle ! Les ombres projetées et colorées font parties du travail. Ces reflets fugaces questionnent à leur tour une nouvelle peinture, une peinture qui n’existerait qu’en présence d’un regard. Chaque oeuvre est un travail de perception.